Multiâges - Vivâges

Créer un béguinage moderne ? Un village dans la ville !

Quand les aînés se mettent en coloc.

Photo Dominique Merlen

QUAND LES AINES VIVENT EN COLOC.

En Suisse, une nouvelle formule qui se trouve à mi-chemin entre le domicile privé et l’hébergement en maison de repos.

Plusieurs personnes réunies sous un même toit. Chacun possède son intimité, bénéficie de son espace privé mais tous partagent des locaux communs. Ce qui rappelle peut-être des souvenirs estudiantins mais la colocation n’est plus réservée aux jeunes. En Suisse, la formule commence à se répandre.

Pro Senectute, l’association spécialiste des personnes âgées, suggère cette idée sur son site Internet : «  Vous n’avez encore aucun problème à vivre seul mais vous manquez de compagnie. Un logement communautaire regroupe des colocataires. Vous les aidez en cas de difficulté et, réciproquement, vous pouvez compter sur leur soutien. »

En Valais, le centre médico-social a ouvert son premier appartement Domino il y a déjà 20 ans. Il s’agit d’ un logement en colocation pour 4 à 6 personnes âgées comprenant un encadrement médico-social en cas de besoin. Ces appartements Domino sont situés en centre-ville près des commodités dans des immeuble standards et dans certains villages. Tout est fait pour encourager l’autonomie.

Bien sûr, il y a parfois de petites tensions comme n’importe quelle colocation. Mais les locataires font tous un effort de cohabitation. Chacun trouve son rôle et sa place dans la maisonnée. L’un ira chercher le courrier, l’autre préparera le thé pour ses congénères.

Il est rassurant pour tous de savoir que le médecin passe régulièrement. Des auxiliaires de vie complètent l’offre assurant une aide au ménage, si les locataires le souhaitent.

Le phénomène est très répandu en Suisse allemande où des seniors dès 55 ans cherchent spontanément des colocataires.

Valérie PASSELLO in Le Régional , n°886 du 31 janvier au 7 février 2018

Une idée bien proche de notre projet Multiâges auquel nous ajoutons la touche « jeunes » car nous voulons des locataires d’âges différents.

Précédent

Un ministère de la solitude?

Suivant

Paris : projet social des dominicaines

  1. annelg

    Idée très sympathique… aussi !

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :