Multiâges - Vivâges

Créer un béguinage moderne ? Un village dans la ville !

Catégorie : Activités intergénérationnelles Page 3 of 4

Histoire de voisins

voisins

Nous sommes là les uns pour les autres !

Marc, 35 ans, propriétaire à Paris

Lorsque j’ai emménagé dans mon immeuble en 2013, j’ai organisé une petite pendaison de crémaillère. Par politesse, j’avais laissé un mot dans l’entrée pour inviter tous mes voisins. Mais, honnêtement, je pensais que seuls mes amis allaient venir. J’ai été agréablement surpris quand un couple de quadragénaires a sonné à ma porte, suivi un peu plus tard par deux jeunes femmes de 25 et 35 ans. Nous avons sympathisé et, depuis, nous organisons régulièrement des petites soirées ou des brunchs dominicaux.

Lire la suite de l’article sur le site du journal La Croix !

P.S. L’illustration vient du site Retirement Life.

On ne peut pas se sentir indépendant des autres

quelques-voisins-transis-mais-heureux

Une réflexion
d’Hélène L’Heuillet*,
philosophe et psychanalyste

Je tire les conséquences de mes relations quotidiennes avec mes voisins, mais aussi de ce que mes patients me disent de leurs propres rapports de voisinage. C’est drôle, les petites choses qu’on a sous les yeux nous paraissent souvent anodines, mais elles sont révélatrices de notre société. L’habitat est une question centrale. Il n’est pas possible de se sentir chez soi indépendamment des autres. Nous voyons, nous entendons, nous sentons nos voisins, c’est un corps-à-corps. Nos rapports avec eux peuvent nous donner envie de quitter un lieu, ou au contraire d’y rester.

Lire la suite de l’article sur le site du journal La Croix !

* Hélène L’Heuillet est l’auteur de Du voisinage, réflexions sur la coexistence humaine, Albin Michel, 2016.

P.S. L’illustration vient du site du Midi Libre, merci !

Que du bonheur!

Hanna » vient de fêter son dixième anniversaire. Dans cette petite maison de repos au centre d’Anvers, huit aînés vivent tous les jours « le rêve d’être considérés comme un bonheur et non pas comme une charge ».

La maison de repos « Simeon et Hanna » de Sant’Egidio est située en plein centre des magasins de mode pour adolescents et jeunes à Anvers. « Ce n’est pas anodin d’avoir installé la maison la plus ‘chaleureuse’ de la ville à cet endroit », disait Kris Peeters samedi, à l’occasion du dixième anniversaire de « Simeon et Hanna ». L’actuel Vice-Premier ministre a fortement soutenu l’initiative à l’époque où il était encore à la tête de l’exécutive flamande et il était un des invités d’honneur pour ce dixième anniversaire.

« Simeon et Hanna » accueille huit seniors nécessitant beaucoup de soins, dans des chambrettes individuelles et dans une grande cuisine, un salon et un grand jardin commun. Mais ce qui rend l’initiative si particulière, c’est que ces soins n’y sont pas uniquement prodigués par une infirmière professionnelle, mais également par une équipe de bénévoles. Plusieurs d’entre eux sont de jeunes gens d’origine étrangère ; « Simeon et Hanna » n’établit donc pas seulement un lien d’amitié entre les générations, mais aussi entre les cultures.

« Pour comprendre que la présence des anciens parmi nous n’est pas une charge mais une opportunité, il faut remplacer notre regard matérialiste par un regard spirituel », disait Hilde Kieboom, Présidente de Sant’Egidio. « C’est avec ce regard spirituel que l’on découvre la joie de vivre de ces aînés, malgré leur vieillesse ou leur maladie. Ce n’est pas par hasard que plusieurs de nos hôtes ont repris goût à la vie. Ici, d’éventuelles demandes d’euthanasie disparaissent aussitôt ».

B. LANNOO – Photos : Luc De Bolle – Sant’Egidio

A découvrir un très beau reportage vidéo présentant la vie dans cette maison de repos, pas comme les autres (la vidéo est en néerlandais, mais les images parlent d’elles-mêmes).

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :